Nos communiqués de presse

  • novembre
    19
    18

    Des sanctions immédiates pour ceux qui maltraitent les animaux!


    URGENT!

    Cinq associations (Animal Cross-Afaad-CWF-L214-Oaba) ont lancé une pétition pour inciter la Ministre de la Justice à adopter un amendement permettant l’adoption d’amendes forfaitaires en cas de maltraitance simple sanctionnées par le Code rural

    Pour qu’en cas d’infractions, gendarmes, policiers, inspecteurs vétérinaires puissent sanctionner immédiatement.

    La pétition à signer

    En savoir plus
  • octobre
    26
    18

    Les chasseurs au ministère. Avec Coste?


    Lundi 29 octobre 2018, les chasseurs sont conviés au ministère de la transition écologique et le ministre ne mâche pas ses mots: « je demanderai aux chasseurs de prendre des engagements pour renforcer la sécurité »

    Hou là là! ça fait peur!

    Les chasseurs doivent être dans leurs petits souliers, ils vont prendre des engagements, promettre d’être bien sages…et se taper sur les cuisses en sortant de la réunion, bien rire …et continuer comme avant.

    Pourtant c’est le moment de demander des avancées importantes aux chasseurs, à qui l’on a tout accordé jusque là.

    Le dimanche sans chasse est le minimum exigé par plus de 200 000 français.

    On aimerait entendre François rugir en face des chasseurs, ennemis de la nature, en fait il ne fait que miauler avant de se coucher aux pieds de M. Schraen.

    Article du Dauphiné Libéré

    En savoir plus
  • octobre
    19
    18

    Mark Sutton, le mort de trop


    La mort de Mark Sutton, tué par un chasseur à Montriond (Haute-Savoie) a suscité une émotion immense dans la communauté britannique de France mais aussi parmi tous les pratiquants de sport de montagne et au-delà les amoureux de la nature qui se sentent concernés voire menacés.

    Faisons un point sur ce que représente la chasse en France à l’heure actuelle.

    La chasse est un loisir pratiqué par une minorité de Français, environ 1,5% de la population, rejeté par la majorité de cette même population.

    Un sondage IPSOS demandé par OneVoice juste après la démission de Nicolas Hulot le montre clairement: 84% des Français trouvent cette pratique dangereuse pour eux, cruelle pour les animaux et d’un autre âge.

    La chasse est une activité dont la pratique est en régression en France, le nombre de chasseurs diminue régulièrement depuis des décennies mais son impact est de plus en plus important sur une faune déjà malmenée par la pollution et la dégradation de son habitat. La volonté des chasseurs de redynamiser leur hobby a fait que sa visibilité est maintenant plus grande, la connaissance qu’en a le grand public s’accroît aussi. D’où le rejet des nouvelles générations, mieux informées, devant cette pratique obsolète.

    Bon nombre de Français découvrent maintenant la cruauté de certaines chasses comme la chasse à courre ou la vénerie sous terre et se mobilisent pour les faire cesser. Un travail d’information est nécessaire pour que les gens sachent que la chasse n’est pas une fatalité, qu’elle n’a aucune utilité d’un point de vue écologique et est même néfaste aux équilibres naturels.

    De ce fait, les revendications comme l’abolition pure et simple de la chasse, portée par des association comme le RAC , ou son interdiction le dimanche gagnent des points dans les consciences.

    Jusqu’à présent, les politiques, comme souvent en retard sur les aspirations sociétales, soutiennent les chasseurs pour des raisons clientélistes et électoralistes. Le lobby de la chasse, sur la sellette en ce moment, est très actif jusqu’au sommet de l’Etat et vient, avec le dernier remaniement (octobre 2018), de se renforcer encore. Les gouvernants dans leur tour d’ivoire et restant sur de vieux schémas, ne prenent pas conscience des changements que la société réclame ou ne souhaitent pas les accepter. Un groupe d’élus de longue date est influent et reste très lié au monde de la chasse, parceque ces élus pratiquent ce loisir ( comme le président du sénat) ou parcequ’ils s’appuyent sur les chasseurs dans leurs circonscriptions.

    Ainsi au fil des ans, les mesures étatiques vont toutes dans le même sens, celui de l’accroissement de la pression cynégétique et des avantages accordés aux chasseurs.

    Le combat des associations opposées à la chasse est toujours aussi ardu, mais une majorité de la population le sait légitime.

    Article repris par The Local

     

    En savoir plus
  • octobre
    16
    18

    Les chasseurs de prime


    La Fédération Départementale des Chasseurs de Charente-Maritime remet en selle la vieille tradition de la prime à la queue et demande à ses adhérents l’extermination des renards et des corneilles du département.

    Les cow-boys sont donc de sortie dans le (Far-)Ouest de la France profonde, le concept de « premier écolo de France » est déjà rangé aux oubliettes.

    Les chasseurs ont tellement d’argent qu’ils lancent une sorte de loto, une loterie du patrimoine… à l’envers. C’est à qui détruira le mieux le patrimoine naturel du département. Le slogan devient « tuer plus pour gagner plus ».

    Dans leur lettre on peut lire: « le petit gibier naturel sédentaire [est] très fragilisé par la dégradation et l’appauvrissement des milieux naturels », conséquence: faites-vous plaisir en exterminant un bouc-émissaire.

    On trouve aussi cette phrase: « En Normandie, sur l’ile de St Marcouf, le Groupe Ornithologique Normand piège le renard et les corneilles afin de protéger les colonies d’oiseaux marins. » Ce qui est un gros mensonge, l’île étant par nature indemne de prédateur (sauf une fouine introduite par malveillance et que les ornithologue cherche à piéger)

    Tout ça sous le prétexte de pseudo-études scientifiques (dont on aimerait connaître les références) qui montreraient que les prédateurs s’attaquent aux proies. Incroyable!

    Madame, monsieur, cher adhérent (les adhérentes peuvent se rhabiller?)

    En savoir plus
  • octobre
    15
    18

    Non à la chasse le dimanche


    Quand on essaie de dialoguer avec un chasseur, rapidement la conversation tourne court. L’interlocuteur dégaine sa tirade favorite: « vous ne chassez pas, vous ne pouvez pas comprendre, la chasse c’est une passion ». Une passion ? Une religion plutôt, avec ses rites, ses dogmes.

    Les défenseurs de la nature souhaitent l’arrêt de la chasse le dimanche, cela semble inconcevable pour les chasseurs pour qui le dimanche c’est le jour du saigneur.

    Dans nos campagnes, le dimanche (et souvent le samedi aussi) c’est jour de battue. Comme le petit animal d’élevage (faisan, lièvre, perdrix) a été exterminé les premiers jours de septembre, les chasseurs se rabattent sur le gros animal qu’ils ont introduits (cerf et chevreuil), agrainés (sanglier), sélectionnés et importés (cerf et sanglier); et qu’ils chassent en battue. Le dimanche c’est le jour où les retraités peuvent s’assoupir au poste (cf photo) pendant que les plus jeunes, moins disponibles la semaine, rabattent bruyamment pour faire fuir les animaux dans la direction souhaitée et réveiller les vieux.

    Collectif dimanche sans chasse

    Chasseur assoupi

    En savoir plus
  • octobre
    13
    18

    Manifestation contre la chasse à Paris


    Les militants s’étaient donnés rendez-vous à Paris le 13 octobre 2018. Ce succès populaire a montré que, unis, les associations de protection de la nature peuvent faire passer un message sans ambiguïté: la chasse doit être abolie.

    A cette occasion, François Darlot, le président du RAC, a rappelé que l’abolition de la chasse doit s’accompagner de mesures pour retrouver une co-habitation harmonieuse avec les animaux sauvages, malgré le chaos que laisserons les chasseurs.

    Vidéos de l’intervention de françois Darlot (7 ème minute) 

    En savoir plus
  • octobre
    10
    18

    L’entretien vérité dans L’âge de faire


    L’âge de faire est un mensuel national indépendant. Il est édité par une SCOP de sept salariés-coopérateurs et ceci depuis 13 ans, le bel âge. Il refuse le modèle actionnarial, il refuse la pub, et la vente en kiosque, et ne vit que de la vente du journal.

    En revanche, il ne refuse pas un article quand il est bon!

    Et, en ce mois d’octobre 2018, l’entretien de François Darlot (président du RAC) est un très bon article qu’il faut lire sans modération. François Darlot dénonce dans ce texte l’imposture de la soit-disant régulation des animaux, et en particulier des sangliers, par les chasseurs. Il met aussi en évidence le rôle primordial du lobby de la chasse dans les décisions présidentielles.

    L’entretien de François Darlot dans L’âge de faire.

    Comment s’abonner à L’âge de faire

     

    En savoir plus
  • octobre
    07
    18

    Comment simplifier la tuerie des oiseaux migrateurs


    La ficelle est vraiment trop grosse.

    Sous couvert de simplification administrative, le gouvernement prépare un nouveau cadeau aux chasseurs.

    La « directive oiseaux » depuis 2009 protège les oiseaux en général et les migrateurs en particulier, mais les chasseurs n’en n’ont que faire et réclament sans cesse plus de cibles pour leur loisir de mort. Et le gouvernement veut rendre légal l’extermination de ce patrimoine universel représenté par les oiseaux migrateurs.

    PROJET DE LOI

    PORTANT SUPPRESSION DES SUR-TRANSPOSITIONS DES DIRECTIVES

    EUROPÉENNES EN DROIT FRANÇAIS

    De qui se moque-t-on ? On parle de simplification et on va chercher un alinéa non encore transposé pour satisfaire une minorité de chasseurs.

    Dans le préambule à ce projet, le législateur constate une « sur-transposition » du droit européen dans le droit français:

    « Il en résulte alors le maintien de normes et de formalités qui pénalisent, de façon injustifiée, la compétitivité et l’attractivité de la France, là où nos partenaires européens auront eu la possibilité de faire des choix moins contraignants pour leurs entreprises et leurs citoyens. « 

    Vous vous rendez compte, on ne tue pas assez d’oiseaux migrateurs et cela pénalise la France vis-à-vis de ses partenaires européens ! Cela explique le chômage, le manque de compétitivité des entreprises françaises, et pourquoi pas la canicule et l’obésité chez les moins de quinze ans!

    « Le Gouvernement a souhaité accentuer les efforts de simplification administrative et de maîtrise de la production normative en vue d’alléger les contraintes pesant sur la compétitivité des entreprises, la vie quotidienne des citoyens ainsi que sur l’efficacité des services publics et l’administration des collectivités territoriales »

    Article 16 : Mise en oeuvre de la dérogation prévue par le droit de l’Union européenne en matière de chasse de certains oiseaux d’eau pendant leur migration pour éviter des dommages agricoles

    1.2 La dérogation prévue au a) de l’article 9, paragraphe 1, de la directive « oiseaux » n’a pas été transposée en droit interne. Elle permet de déroger au régime protecteur et de chasser les oiseaux relevant de la directive « pour prévenir les dommages importants aux cultures, au bétail, aux forêts, aux pêcheries et aux eaux ». La présente mesure entend transposer cette dérogation.

    Voilà le sempiternel argument: les animaux causent des dégâts et la seule réponse est l’extermination des responsables.

    Avant même de chercher à éviter les dommages, on tue. Avant même de constater les dommages, on tue.

    Le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage a donné son aval, étonnant non?

    Le projet de loi (voyez l’article 16)

    En savoir plus
  • octobre
    02
    18

    Quand l’eau finance les promesses présidentielles faites aux chasseurs


    On croit boire de l’eau…et en fait on avale des promesses!

    Les agences de l’eau voient leur trésorerie ponctionnées à hauteur de 500 millions d’euros dont 280 millions pour financer l’Agence Française pour le Biodiversité (AFB) et pour l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

    L’ONCFS est l’organisme au service des chasseurs, il est géré par les chasseurs. Le financement de la diminution par deux du prix du permis de chasser, promise par M.Macron, passe par là.

    Les agences de l’eau ont leurs moyens en diminution, alors qu’elles sont là pour initier une utilisation rationnelle des ressources de l’eau, pour lutter contre la pollution et pour protéger les milieux aquatiques. Une mission de service public. Tout le contraire de l’ONCFS au service des seuls chasseurs.

    Les moyens des agences de l’eau proviennent des redevances des usagers (redevance de prélèvements et redevance de pollution). Tout un chacun paie ces redevances et finalement, par un tour de passe-passe, finance la chasse!

    L’Association des Maires de France (AMF) dénonce cet état de fait.

    En savoir plus
  • octobre
    01
    18

    Peste soit de la chasse et des chasseurs !


    Le 20 mai dernier, nous relations l’arrivée de la Peste Porcine Africaine en Hongrie, en route vers l’Ouest. La PPA a été livrée en temps en heure par les transporteurs de sangliers, apparemment, puisqu’elle est maintenant présente en Belgique, à deux pas de la France.

    Bravo les chasseurs! Félicitations!

    Leurs besoins de chair fraîche, de cibles vivantes, de trophées les ont conduit à toujours plus d’importations, de nourrissage et de croisement.

    Et maintenant, dans leurs petits souliers, responsables qu’ils sont de tout ce dérèglement dans les populations de sangliers, de chevreuils et de cerfs.

    Ce n’est pas pour autant qu’ils en tirent des leçons, non, au contraire. Le président de la Fédération Française des Chasseurs, préconise même dans un délire logorrhéique, de toujours plus tuer, de passer outre à la loi, de ne respecter ni l’âge ni le poids ni le sexe des animaux.

    Un vent de panique semble gagner les chasseurs.

    « Premiers écologistes de France » c’était avant la grande trouille de la PPA. Maintenant, c’est plutôt un « sauve qui peut »  avant que les politiques – la population étant déjà au courant- ne s’aperçoivent de la supercherie dangereuse de cette pratique égoïste et mortifère.

    W. Schraen s’adresse aux chasseurs

    En savoir plus