Nos communiqués de presse

  • octobre
    17
    15

    Un dimanche à la chasse ? Pas d’accord !


    Ce 18 octobre, le lobby des chasseurs nous inflige son opération de séduction : « Un dimanche à la chasse ». En réalité, avec une quinzaine de morts par an, ce loisir est dangereux : on compte déjà 3 tués par balle et des dizaines de blessés depuis ce début de saison ! Face à un tel climat d’insécurité et de non partage de l’espace, nous demandons une trêve de la chasse le dimanche, comme cela se pratique dans d’autres pays en Europe.

    Aujourd’hui, les chasseurs sont moins d’1 million (environ 1,5% de la population), contre plus de 2 millions de cavaliers, plus de 15 millions de randonneurs, auxquels il faut ajouter les simples promeneurs, cueilleurs de champignons, sportifs, etc. Le sentiment d’insécurité des usagers de la nature n’est pas exagéré : il n’existe aucun contrôle médical ou alcoolémique des chasseurs en France, alors qu’ils utilisent des armes pouvant tuer à 3 kilomètres. Mais le lobby de la chasse est puissant financièrement et politiquement, et dicte sa loi aux autres citoyens. 60 % des Français ont une mauvaise image de la chasse (1), d’où ces opérations de communication du lobby pour redorer son blason tout en maintenant sa main mise sur la nature.

    La loi « Chasse » du 26 juillet 2000 avait interdit, en France, la chasse le mercredi, disposition abrogée dès 2003 par Roselyne Bachelot. Aujourd’hui, il n’existe plus aucun texte législatif ni réglementaire pour encadrer, au niveau national, les mesures de sécurité liées à la chasse, ni même fixer un jour commun de non-chasse. Si les départements, via leur préfet, peuvent fixer librement un jour sans chasse, c’est seulement pour un motif de protection du « gibier » (animal sauvage chassable) et non des personnes ! De plus, rien ne les y oblige.

    Les accidents de chasse ayant lieu très majoritairement le dimanche, jour de promenade familiale, nous demandons depuis plus de 20 ans une trêve des fusils le dimanche. Cette mesure de bon sens et de partage de l’espace est bloquée par le lobby de la chasse et des armes soutenus par le corps politique. Pourtant, une pétition de 300 000 signatures sur papier avait été déposée en 2012 au Ministère de l’Écologie sans résultat. Celle-ci est relancée sur Internet, avec déjà plus de 65 000 signataires en un mois (Voir ici). Les Français en ont marre de la chasse, que ça se sache !

    Pour renforcer cette revendication légitime qui concerne 98,5% de la population des collectifs se forment :

    Collectif pour le Dimanche sans chasse
    Collectif du 21 septembre

    Nous demandons le dimanche sans la chasse !

    Les associations signataires : Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), Bio vivre en Brie, RAssemblement pour une France sans Chasse (RAC), Association R.E.N.A.R.D., CORIF, Nature Environnement 77

    (1) Source : Sondage BVA-Doméo-Presse régionale « Les Français, la nature et les animaux » de septembre 2015.

    En savoir plus
  • septembre
    13
    15

    Manifestations contre la chasse dans 14 villes !


    image

    Le « Collectif du 21 septembre », dont le RAC fait partie, organise des rassemblements contre la chasse et le piégeage dans 14 villes.

    Consultez la date et le lieu du rassemblement se déroulant près de chez vous :

    -Le 26 septembre :
    Strasbourg : 14h – Place Kléber
    Orléans : 11h – 181 av de Bourgogne
    Nice : 14h – Place Masséna
    Nantes : 14h – Place Royale
    Bordeaux : 11h – Place Saint Projet
    Clermont-Ferrand : 10h – Place de Jaude
    Limoges : 11h – 1 rue de la Préfecture

    -Le 17 octobre :
    Toulouse : 14h – 1 Place Saint-Etienne
    Privas : 10h – Préfecture, rue filliat
    Perpignan : 14h – 24 quai Sadi-Carnot
    Paris : 12h – A définir
    Lille : 13h – Place de la République
    Auxerre : 14h – Place de l’Hotêl de ville
    Amiens : 15h – Rue de Noyon, tour Perret

    Retrouvez plus d’information sur : www.collectifdu21septembre.org

    Nous vous invitons à venir nombreux !

    En savoir plus
  • juillet
    01
    15

    Consultations publiques – classement « nuisibles » et tirs nocturnes


    Plusieurs consultations publiques se déroulent actuellement, concernant des projets d’arrêts de classements « nuisible » ou de tirs nocturnes de renards.

    Nous vous invitons à y participer. Voici quelques éléments de réponse aux différents motifs invoqués.

    – « Dans l’intérêt de la santé et de la sécurité publiques » : Depuis la lutte contre la rage, différentes études ont montré que l’élimination du renard a un effet très négatif puisqu’il tend à disperser et propager la maladie, et que la lutte réussie passe par le traitement.
    – « Pour assurer la protection de la flore et de la faune » : le renard a un rôle incontesté de protection des équilibres naturels du fait de sa double action d’assainisseur et de régulateur des micromammifères.
    – « Pour prévenir des dommages importants aux activités agricoles, forestières et aquacoles » : il est largement admis que le renard, en consommant un grand nombre de petits rongeurs, protège les cultures et permet à l’agriculteur d’augmenter ses rendements.
    – « Pour prévenir les dommages importants à d’autres formes de propriété » : il est également reconnu que les propriétaires de basse-cour ou éleveurs peuvent et doivent protéger leurs biens par des moyens simples à leur portée, dont ils peuvent trouver les détails sur des fiches appropriées, se protégeant ainsi de tous les prédateurs pouvant leur porter préjudice.

    Vous pouvez trouver ces consultations sur les sites internet des préfectures.

    Voici notamment celle de l’Yonne (réponse avant le 1er juillet) : http://www.yonne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Participation-du-public-aux-decisions-en-matiere-d-environnement/Organisation-de-tirs-de-nuit-destines-a-prelever-des-renards-dans-le-departement-de-l-Yonne

    En savoir plus
  • février
    20
    15

    Massacres de renards à nouveau programmés


    Bien qu’ils les aient rebaptisées « Les journées du goupil », les chasseurs du Nord se préparent à de nouvelles exactions envers les renards dès ce week-end, au mépris des fondamentaux de la biologie de l’espèce, de l’économie et de la tranquillité de leurs concitoyens. L’année dernière, une grande manifestation a montré une forte opposition populaire à ces massacres, aussi les associations de défense de la nature en appellent cette année encore au préfet.

    Les « Ch’tis fox 2 » sont programmés pour les 21 et 22 février. Il s’agit de « prélever » des renards, mais aussi de repérer les terriers afin de pouvoir, en pleine saison de reproduction, déterrer et tuer les petits. Ces opérations de vènerie sous terre, où les animaux terrorisés sont extraits avec des pinces métalliques, sont d’une rare brutalité. Elles n’ont aucune justification et choquent les citoyens. Les seules motivations en sont la chasse, et rien que la chasse. Le président de la Fédération des chasseurs du Nord le reconnaît lui-même sur son site : « Il n’y a pas de chasse au petit gibier, sans régulation efficace des prédateurs et particulièrement du renard, vous serez nombreux sur vos territoires les 21 & 22 février prochain ! ».

    Non seulement c’est une contrevérité, mais ces territoires sont aussi et d’abord ceux de tous les citoyens. lls font partie du patrimoine naturel de la Nation que nous devons maintenir dans toute sa diversité pour les générations présentes et futures. Nos terroirs ne sont pas des terrains de jeu où tout doit être stérilisé pour maintenir des cocottes d’élevage uniquement destinées à distraire quelques porteurs de fusil.

    Est-il utile de rappeler que le renard est un prédateur efficace des rongeurs, et qu’il se montre extrêmement utile à l’agriculture ? Ces massacres coûtent cher à tous, il est temps d’y mettre fin. Nous avons adressé une lettre cosignée par plusieurs associations au préfet afin qu’il prenne ses responsabilités de représentant de l’État, garant de l’intérêt public, et non pas des intérêts d’une minorité irresponsable.

    En savoir plus
  • janvier
    31
    15

    La ministre de l’écologie encourage le braconnage d’oiseaux d’eau !


    Ce n’est pas la première, ni malheureusement la dernière, génuflexion des gouvernants à l’égard de leurs amis chasseurs. Il faut toutefois admettre que la forme prise aujourd’hui par Madame Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, est pour le moins insidieuse et peu digne de sa fonction.
    Ainsi, ne voulant pas tenir compte des institutions et cherchant même à les contourner, la ministre vient d’envoyer un courrier à l’ONCFS pour demander aux gardes de ne pas verbaliser les chasseurs tuant des oies du 1er au 8 février, alors que la période de chasse se termine normalement le 31 janvier. Ainsi, elle invite sans détour les chasseurs à commettre des actes délictueux, en leur offrant sa protection.

    Toutes les études scientifiques, confirmées par la dernière en date de l’ONCFS, indiquent que la chasse aux espèces migratrices doit s’arrêter en janvier, car au-delà il s’agit d’oiseaux migrateurs se rendant vers leur site de nidification. Or, chaque année, les chasseurs font pression pour obtenir un prolongement de la saison de chasse aux oies en février, en total illégalité avec la directive européenne.

    Nous avons adressé à Madame la ministre plusieurs courriers argumentés concernant les oies dont elle n’a pas tenu compte. Elle a préféré satisfaire ses amis, une infime minorité d’une minorité (les chasseurs représentent 1,6% de la population).

    Nous condamnons ces conduites indignes de la part d’une haute responsable de la République détentrice de l’intérêt général, et appelons à ce que les espèces en migration soient déclarées inappropriables.

    lettre_royal_oncfs

    En savoir plus
  • janvier
    20
    15

    Non au prosélytisme pro-chasse dans les écoles !


    Selon un communiqué de la Fédération Nationale des Chasseurs, la Ministre de l’écologie, Ségolène Royal, aurait affirmé qu’elle soutenait « la convention sur l’éducation à la nature et qu’une signature commune avec la ministre de l’Education nationale aurait lieu en février 2015 ». L’ASPAS, la LPO et le RAC, viennent de cosigner une lettre demandant aux deux Ministres de refuser cette convention.

    Depuis plusieurs années, sous couvert d’éducation à la nature, les chasseurs organisent de plus en plus d’actions en milieu scolaire. Ils bénéficient à ce titre d’une convention, signée en 2010 par le ministre de l’Ecologie et le Ministre de l’Education Nationale, chasseur lui-même… Cette convention expirant, le lobby chasse s’emploie à la renouveler.

    De nombreux articles de presse confirment qu’il s’agit, bien souvent, d’actions de prosélytisme destinées à influencer les enfants. Ainsi avons-nous pu lire que « Les enfants ont une image négative de la chasse […] Expliquée simplement, la chasse sera mieux tolérée » ou encore « Il faut que les jeunes possèdent une autre image de la chasse ».

    La banalisation de l’utilisation des armes à feu ainsi que le mépris des êtres vivants ne doivent pas, de manière directe ou indirecte, être encouragés dans les écoles.

    Quand bien même les chasseurs s’engageraient à ne pas évoquer la chasse, ces évènements demeureraient une violation du principe de la neutralité de l’enseignement, dans la mesure où les chasseurs présentent une conception pour le moins partisane de la biodiversité et des relations à l’animal. Par ailleurs, les notions et le vocabulaire qu’ils emploient (« nuisibles », « puants », « régulation »…) sont contestables d’un point de vue scientifique.

    Le RAC condamne fermement ce prosélytisme et demande aux Ministres de l’Education Nationale et de l’Ecologie, de mettre un terme à cette convention et de veiller à une stricte application du principe de laïcité dont l’une des composantes est la neutralité.

    Nous rappelons les termes de la Charte de la laïcité à l’école : « les personnels ont un devoir de stricte neutralité » et les enfants doivent être « protégés de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix ». Par ailleurs, la jurisprudence confirme que les intervenants externes sont également soumis au principe de la neutralité (tribunal administratif de Paris, 23/11/2012).

    Par conséquent, notre association se montrera particulièrement vigilante afin que ces dispositions soient respectées.

    Contact : François DARLOT, 06.84.84.51.18

    En savoir plus
  • novembre
    06
    14

    Des agriculteurs maltraitent des ragondins lors d’une manifestation


    Au cours d’une manifestation organisée par les Jeunes agriculteurs et la FNSEA, des agriculteurs ont maltraité des ragondins qu’ils avaient amenés sur place. La vidéo tournée par une télévision locale est particulièrement choquante.

    Après les avoir jetés par dessus une grille, ils les ont aspergés de peinture et assenés de coups de pieds. Ils en ont ensuite écrasés certains sous les roues de leurs tracteurs.

    Les voyant maltraiter les pauvres ragondins et rire de leur souffrance, un journaliste les interrogea : « C’est ce qui est fait tous les jours chez nous par les piégeurs », répondit sérieusement l’un d’eux, guère troublé.

    Le RAC dénonce avec force ces agissements inacceptables.

    D’autres cas de maltraitance (concernant des ragondins, des étourneaux ou encore des porcelets) avaient déjà été constatés lors de précédentes manifestations. Face à ces faits récurrents, quel crédit peut-on accorder aux discours et chartes des agriculteurs et des piégeurs portant sur le « bien-être animal » ?

    Ces agissements publics, ainsi que de très nombreuses vidéos disponibles sur internet, témoignent de la violence quotidienne dont sont victimes les animaux, encore considérés par certains comme des « objets » au service d’activités économiques ou ludiques.

    La récente reconnaissance des animaux en tant qu’« êtres sensibles » dans le code civil, progression heureuse bien qu’hélas tardive, ne sera réellement cohérente que lorsque les nécessaires modifications réglementaires seront apportées et que les auteurs de tels actes se verront condamnés.

    Le RAC appelle le gouvernement et le parlement à se saisir de ce problème, conformément à l’engagement de M. Hollande durant la campagne des présidentielles en 2012.

    En savoir plus
  • octobre
    17
    14

    Salon Bio&Co à Strasbourg du 31 octobre au 3 novembre 2014


    image

    Le RAC sera présent au Salon Bio&Co à Strasbourg du 31 octobre au 3 novembre 2014.

    Pour télécharger une invitation, cliquez : ici

    Nous vous attendons nombreux !

    image004

    En savoir plus
  • octobre
    15
    14

    Chasse à courre : encore un cerf tué dans un jardin !


    image

    Mardi 14 octobre, à Prémontré (02), une chasse à courre s’est achevée dans une cour privée. Le cerf, tentant d’échapper à la meute, a sauté un talus puis est retombé dans un jardin. Malgré la vive opposition des riverains, les veneurs ont mis à mort l’animal.

    Une nouvelle fois, les veneurs ont manifesté leur mépris et leur arrogance, faisant fi de la sécurité et de la volonté des habitants. « Venir achever un cerf dans un jardin à coup de fusil, ça ne se fait pas. lls ne peuvent pas se croire tout permis sous prétexte qu’ils chassent », témoigne un habitant.

    Tous les ans, de telles altercations se produisent, auxquelles s’ajoutent les divers incidents routiers ou ferroviaires. La chasse à courre, qui consiste à poursuivre un animal jusqu’à l’épuisement avec une meute de chiens accompagnée de cavaliers, nécessite de grands espaces et n’est plus adaptée à nos territoires. Issue des temps seigneuriaux, cette pratique particulièrement cruelle n’a plus sa place en France.

    Le RAC demande que la chasse à courre soit abolie en France, à l’instar des autres pays européens qui ont mis un terme à cette pratique désuète.

    chasse_courre_jardin1

    chasse_courre_jardin2

    En savoir plus
  • septembre
    28
    14

    Manifestation à Paris contre la chasse et le piégeage


    image

    Un Collectif, dont le RAC fait partie, vous invite le 18 octobre 2014 à Paris pour une nouvelle manifestation contre la chasse.

    Nous vous donnons rendez-vous à 14h Place Joachim du Bellay à Paris (manif statique avec 2 happenings).

    Tout le monde est bien sûr invité à ce rassemblement, nos voix de la paix doivent se faire davantage entendre que les coups de fusil !

    L’État doit arrêter de confier la gestion de la Nature aux chasseurs !

    Réservez la date et n’hésitez pas à partager !

    Vous pouvez vous inscrire sur facebook.

    Retrouvez plus d’informations ici.

    En savoir plus