Nos communiqués de presse

  • septembre
    05
    18

    Le RAC sur France 3


    Dans le journal du soir de France3 national du 4 septembre 2018 est passé un reportage sur le problème lié à la surpopulation des sangliers en France. Le doigt est pointé vers la cause de cette surpopulation: les chasseurs et leur besoin de cibles à quatre pattes pour satisfaire les ACCA et leurs adhérents.

    L’intervention de François Darlot, président du RAC, est en cela significative: l’origine de cette surpopulation est ancienne. Depuis les années 80, les lâchers de sangliers ont conduit à la multiplication des populations de suidés qui, depuis lors, sont entretenues par un nourrissage  sans retenue.

    Christine Lambert, présidente de la FNSEA, enfonce le clou (dans le pied des chasseurs) dans la perspective de la remise à plat de la procédure d’indemnisation des agriculteurs, que le lobby des chasseurs a obtenu de nos dirigeants.

    la vidéo du reportage

    En savoir plus
  • septembre
    04
    18

    Premiers écologistes de France?!!!


    Il ne faudrait pas nous faire prendre les vessies pour des lanternes.

    L’écologie est avant tout une science, « la science qui étudie les milieux où vivent et se reproduisent les êtres vivants, ainsi que les rapports de ces êtres avec le milieux » nous apprend le grand Robert de la langue française, qu’il ne faut pas confondre avec le petit Dédé du café du coin.

    Les chasseurs n’entrent donc pas dans la définition puisqu’il est question d’étude et d’êtres vivants alors que leurs spécialités sont plutôt la destruction et l’animal mort.

    A la rigueur, ils auraient pu se targuer d’être de grands artistes, spécialistes de la nature morte.

    L’écologie est aussi un courant politique qui vise à protéger l’environnement et à améliorer les rapports entre l’homme et celui-ci. Alors que les chasseurs ne sont défenseurs que de leur pré carré et de leurs privilèges, ça ne colle toujours pas.

    Ils voudraient donc faire croire que tuer des animaux sert à leur protection, que lâcher des millions d’animaux d’élevage améliore la biodiversité.

    Ils prennent les gens pour des idiots?*

    * Point d’interrogation RATP ici facultatif.

    En savoir plus
  • août
    31
    18

    Battues avec chiens avec GPS


    Pour fêter l’ouverture de la chasse, nos dirigeants politiques font preuve d’une touchante attention, un cadeau, encore un! Les chasseurs vont pouvoir utiliser le système GPS pour suivre leurs chiens (et le gibier qu’ils poursuivent) pendant l’acte de chasse. Un projet d’arrêté va dans ce sens.

    Et après ça, ce sera quoi ? Des drones, des caméras thermiques (c’est déjà le cas pour la traque des loups), des hélicoptères (comme en Amérique du nord)…?

    L’utilisation des nouvelles technologies, comme le GPS, est contraire aux traditions cynégétiques. Il est donc étonnant que la FNC fasse cette demande, elle devrait au contraire réclamer un retour aux pratiques ancestrales comme l’usage de la sagaie et du pieu, ou le combat à main nue contre le loup et l’ours. Ce cadeau est promis après consultation publique, une sorte de double effet: on fait plaisir aux chasseurs et on ridiculise la majorité des français hostiles à ces pratiques en leur demandant leur avis…sans en tenir compte!

    Ce même arrêté promet aux chasseurs de quatre départements français l’usage des chiens (avec GPS donc) dans la traque des mouflons (Pyrénées orientales, Tarn, et Ardennes) et des chamois (Territoire de Belfort). Et ceci dans des zones boisées, derniers refuges de ces espèces hors montagne. L’usage des chiens pour traquer ces animaux dans les bois nous  rappelle que le chamois, en particulier, a été chassé des forêts de plaine par l’homme et s’est réfugié, à son corps défendant et pour défendre son corps, dans les montagnes.

    On veut donc reproduire ce schéma?

    Dans le projet d’arrêté, on se permet même d’affirmer que la « battue avec chiens, [est] sans difficultés particulières en matière de perturbation des autres espèces chassables ou protégées ». Quelle étude, quelle preuve permet une telle affirmation?

    Le rédacteur du projet d’arrêté l’a sans doute entendue dans la bouche de Dédé, au bistrot après la battue.

    Projet d’arrêté et consultation publique

    En savoir plus
  • août
    28
    18

    Battue tragique à l’Elysée, une victime


    Ainsi, Nicolas Hulot abandonne la lutte. Une lutte qu’il ne menait pas, étouffé qu’il était par l’exécutif.  M. Hulot, pour avancer d’un iota devait passer sous les fourches caudines du président de la république, du premier ministre, du ministre de l’agriculture, du secrétaire d’état, … de sa femme de ménage!

    Alors que M. Coste, le lobbyiste des chasseurs, entre à l’Elysée comme il veut quand il veut. Lui, il a les clefs.

    Avec ou sans Nicolas Hulot la vie continue, la vie des chasseurs et des lobbyistes, la belle vie. Pas celle des animaux et de la biodiversité dans son ensemble.

    Avec Nicolas Hulot au gouvernement, nous pouvions espérer une avancée dans le domaine de la chasse, il n’en a rien été, bien au contraire la chasse se trouve renforcée. Sans Nicolas Hulot, cela risque d’être encore pire, si c’est encore possible.

    Les chasseurs ont gagné un combat d’influence au plus haut niveau de l’état, à nous citoyens et militants de crier bien fort que la chasse n’est pas représentative du monde rural, n’est pas la dernière activité possible à la campagne (comme le colportent les journalistes), n’est pas respectueuse de la nature, n’est pas compatible avec la protection des espèces.

    L’ouverture est dans quelques jours, déjà un mort politique.

    En savoir plus
  • août
    14
    18

    Le RAC à L’Albenc


    Affiche l'Albenc 2018

    Pour la première fois, cette année, le RAC sera présent les 1er et 2 septembre au 22ème Festival de l’Avenir au Naturel de L’Albenc dans l’Isère.

    Venez nous rencontrer sur le stand, échanger avec des membres du RAC et consulter nos documentations.

    En savoir plus
  • août
    13
    18

    Agrainage du sanglier, une mauvaise ou une mauvaise mesure?


    Même les chasseurs le reconnaissent. L’agrainage du sanglier favorise le nombre de portée, favorise la multiplication des populations et donc l’étendue des dégâts aux cultures.

    Un article dans Chasse Passion (1) met en évidence cet aspect schizophrénique de la chasse. D’un côté, l’agrainage serait là pour maintenir les populations de sangliers dans les montagnes afin d’éviter les dégâts aux cultures et d’un autre côté, l’agrainage conduit à des indemnisations pharaoniques versées à des agriculteurs montrés ici comme les profiteurs du système!

    Prochain article suggéré sur ce site pro-chasse: l’hybridation chez le cochonglier, une bêtise ou une idiotie?

    (1) L’article dans Chasse Passion

    En savoir plus
  • août
    13
    18

    L’ONF présente: les tontons flingueurs et touche pas au grisbi


    attaque AVA

    L’ONF est un établissement public à caractère industriel et commercial, dont les missions originelles sont la production de bois, l’accueil du public et la protection du territoire et de la forêt.

    Sur un chiffre d’affaire total d’environ 850 millions d’euros en 2017, 65 millions d’euros sont générés par la chasse et les concessions (droits de chasse) (1).

    L’ONF pour produire du bois doit protéger ses plantations d’une surpopulation de cervidés et de sangliers, surpopulation créée et entretenue par les chasseurs. Et pour limiter la présence de ces animaux, l’ONF fait appel aux…chasseurs qui paient pour assouvir leur plaisir mortifère et surtout laisser croire qu’ils sont indispensables. Pourtant d’autres solutions existent comme la protection individuelle des jeunes plants, la clôture provisoire des zones nouvellement plantées…(2) voire l’acceptation de la présence de grands prédateurs.

    Mais, l’ONF préfère produire du bois, accueillir des chasseurs et protéger leurs privilèges.

    AVA, en sauvant des animaux, met les pieds dans le plat et vient gêner ce business de mort bien rôdé.(3)

    (1) Rapport annuel ONF 2017 

    (2) Documentation RAC  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En savoir plus
  • juillet
    30
    18

    Dr Nicolas et Mr Hulot


    Nicolas Hulot avait raison.

    Les insectes disparaissent, les oiseaux disparaissent, les mammifères disparaissent et tout le monde s’en fiche. Et lui le premier.

    Son allocution devant l’assemblée nationale, le 21 mars 2018, était émouvante, on y avait presque cru tant il paraissait sincère quand il demandait à « avoir un sursaut d’indignation et de réaction« . 

    Paroles, paroles, paroles (air connu).

    Mais l’émotion est retombée, il faut penser aux élections, à la côte de popularité chez les chasseurs de plus de 75 ans (pléonasme), aux territoires, aux terroirs. Ah les traditions! Ce qui fait que la France a toujours aux yeux des étrangers un petit coté … ridicule.

    Trois consultations publiques sont proposées par le Ministère de la transition écologique et solidaire avant d’entériner le massacre de centaines de milliers d’oiseaux migrateurs dans le sud-ouest par des méthodes cruelles et non-sélectives.

    Comme la pluie et le vent, les oiseaux et plus encore les oiseaux migrateurs n’appartiennent à personne. Leur vol, leur chant, leur livrée sont un don pur, un cadeau qu’ils nous font juste par leur présence. En retour, qu’est-ce que nous leur offrons? Du plomb, des pièges et des larmes.

    Il faut répondre à ces consultations publiques, bien sûr. Même si les dés sont pipés, même si la décision est déjà prise. Ce que Willy (1) veut, Jupiter (2) le veut.

    A ces consultations publiques, comme à celles concernant les tirs de nuit du renard, ou la période complémentaire du déterrage du blaireau, les commentaires sont nombreux – il faut qu’ils soient nombreux – et quasiment tous opposés aux mesures proposées. Mais pour autant, le ministère autorisera ces méthodes barbares, en passant par dessus la volonté populaire.

    On se fiche de la biodiversité, et on se fiche de nous, aussi.

    Argumentaire LPO

    (1) prénom ridicule, qui fait penser à une baleine (ou un orque peut-être)

    (2) Dieu romain, roi des dieux

    En savoir plus
  • juillet
    27
    18

    Complètement barge!


    On aime à lire la prose de M.Schraen, c’est un plaisir sans cesse renouvelé.

    Ce monsieur, président des chasseurs de France, non content de vouloir exterminer les derniers oiseaux d’Europe, se plait souvent à torturer…la langue française, à malmener la syntaxe, à martyriser l’orthographe et à supplicier le bon sens!

    Mais là, dans une lettre destinée à ces amis chasseurs, M.Schraen nous fait l’offrande d’un scoop énorme, il dit:

    « De toute façon, cette demande de reconduction de moratoire n’a qu’une seule fonction, retarder l’échéance et permettre au ministre de l’écologie de trouver une solution pour interdire la chasse ! »

    Voilà le mot est prononcé: interdire la chasse. Jusque là il n’osait pas le dire clairement, mais l’objectif final de son mandat est l’interdiction de la chasse. On comprend aisément que M.Schraen en ait assez de cette activité malsaine qui consiste à éliminer des animaux dont les effectifs sont déjà minés par la pollution et la destruction des habitats. Il faut écouter l’appel au secours de ce monsieur qui, en son fors intérieur, aime les animaux et souhaite leur bonheur. Il en a assez d’être dans le camp des destructeurs, des tueurs, des méchants. L’abolition de la chasse résoudrait enfin tous les petits tracas des chasseurs qui sont toujours à se plaindre, et geindre, ces Calimero de la société.

    Monsieur Hulot, si ce n’est pour les animaux faites-le pour les chasseurs, abolissez la chasse!

    La lettre émouvante de M.Schraen

    En savoir plus
  • juillet
    24
    18

    En fait qui c’est les plus forts? C’est les Belges!


    Sur le terrain du bien-être animal, la Belgique nous bat à plate couture. Et en particulier la Wallonie qui est sur le point d’adopter des mesures en faveur des animaux qui ferons de cette région LA région en pointe dans ce domaine, en Europe.

    Comme d’habitude, la comparaison avec la France est déprimante. Des mesures comme la présence de caméras dans les abattoirs ou l’arrêt de la détention des cétacés auraient dues intervenir en France dernièrement, mais les lobbys sont ici plus forts que les bonnes intentions et que la volonté populaire.

    Article du Parisien

    En savoir plus