Août
31
18

Battues avec chiens avec GPS


Pour fêter l’ouverture de la chasse, nos dirigeants politiques font preuve d’une touchante attention, un cadeau, encore un! Les chasseurs vont pouvoir utiliser le système GPS pour suivre leurs chiens (et le gibier qu’ils poursuivent) pendant l’acte de chasse. Un projet d’arrêté va dans ce sens.

Et après ça, ce sera quoi ? Des drones, des caméras thermiques (c’est déjà le cas pour la traque des loups), des hélicoptères (comme en Amérique du nord)…?

L’utilisation des nouvelles technologies, comme le GPS, est contraire aux traditions cynégétiques. Il est donc étonnant que la FNC fasse cette demande, elle devrait au contraire réclamer un retour aux pratiques ancestrales comme l’usage de la sagaie et du pieu, ou le combat à main nue contre le loup et l’ours. Ce cadeau est promis après consultation publique, une sorte de double effet: on fait plaisir aux chasseurs et on ridiculise la majorité des français hostiles à ces pratiques en leur demandant leur avis…sans en tenir compte!

Ce même arrêté promet aux chasseurs de quatre départements français l’usage des chiens (avec GPS donc) dans la traque des mouflons (Pyrénées orientales, Tarn, et Ardennes) et des chamois (Territoire de Belfort). Et ceci dans des zones boisées, derniers refuges de ces espèces hors montagne. L’usage des chiens pour traquer ces animaux dans les bois nous  rappelle que le chamois, en particulier, a été chassé des forêts de plaine par l’homme et s’est réfugié, à son corps défendant et pour défendre son corps, dans les montagnes.

On veut donc reproduire ce schéma?

Dans le projet d’arrêté, on se permet même d’affirmer que la « battue avec chiens, [est] sans difficultés particulières en matière de perturbation des autres espèces chassables ou protégées ». Quelle étude, quelle preuve permet une telle affirmation?

Le rédacteur du projet d’arrêté l’a sans doute entendue dans la bouche de Dédé, au bistrot après la battue.

Projet d’arrêté et consultation publique

Share